L'appareil reflex binoculaire (TLR) dispose d'un objectif supérieur pour la visée reflex et d'un autre inférieur pour la prise de vue. Le boitier est donc fait de deux chambres séparées. La chambre supérieure dispose d'un miroir réfléchissant l'image sur un large verre dépoli mis dans l'ombre pour le cadrage. La visée se fait avec l'appareil à hauteur de poitrine et l'image est reflétée à l'envers dans le sens gauche-droite. La mise au point se fait sur le dépoli avec parfois une loupe escamotable pour les réglages plus précis. Du fait des deux chambres séparées, l'image ne disparait pas au moment du déclenchement comme pour les SLR. Les deux objectifs sont groupés et placés sur une même platine de mise au point afin que celle-ci soit simultanée. Une erreur de parallaxe existait au départ mais a été rectifiée plus tard par un système d'inclinaison de l'optique de visée en rapport avec la mise au point. Les premiers TLR à plaques datent de 1885 mais c'est surtout à partir de 1939 que le TLR à pellicule connut un succès avec l'apport de la modernité du Rolleiflex de la firme allemande Franke & Heidecke. L'appareil TLR réalisait des vues de format carré en 6 X 6 cm et plus rarement en 4 X 4 cm sur rollfilm. Un des avantages indéniable de ce format est sa taille qui nécéssite des aggrandissements moins importants et donc une finesse du grain plus grande au profit de la qualité du tirage. Les concurrants de l'époque étaient les 35 mm télémétriques ( ex : le Leica et le Contax ) mais d'un format différent et plus onéreux. Les TLR ont été construits juqu'à la fin des années 60. Les reporters et amateurs sérieux utilisèrent ce type d'appareils jusque dans les années '50, période qui correspond à l'arrivée des reflex monoculaires (SLR). Certaines marques vont même développer les avantages du SLR au profit de la pellicule 120/220 comme utilisé dans les TLR.

Les appareils du type 'REFLEX 2 OBJECTIFS' (82 appareils)