Au début de la photographie, la visée se faisait sur le verre dépoli que recevait l'image renvoyée (à l'envers) par l'objectif.

Suite aux diverses découvertes (plaques et film argentiques) et amélioration de l'appareil photographique (miniaturisation) les appareils étaient munis de viseurs sous forme de simple cadre métalliques ou de système de loupe à vue pas le dessus (viseur à hauteur de poitrine) soit de visuers à lentilles. Déjà des viseurs en accessoires existaient pour les appareils qui n'en disposaient pas.

Surtout à partir des appareils 35 mm télémétriques, des viseurs supplémentaires (accessoires) sont apparus pour adapter la visée aux objectifs interchangeables. Ces appareils non reflex disposaient d'un viseur standard pour l'optique de base, souvent de 50 mm de focale. On a donc mis au point des viseurs adaptés aux autres focales ou multi-focale permettant un cadrage correspondant à l'optique placée sur l'appareil. Ces viseurs étaient placés sur la griffe accessoire/flash.

Depuis l'arrivée des appareil reflex après la deuxième guerre mondiale, ce n'était plus un problème d'optique mais de confort. La visée se faisait souvent à hauteur de yeux mais il existait des viseurs interchangeables à visée à hauteur de poitrine (ou inversément), des viseurs loupe pour une mise au point plus précise, des viseurs sportif avec un cadrage plus grand, des viseurs d'angle, des prismes de visée avec cellule incorporée quand l'appareil n'en comportait pas etc.

Tout est important dans un appareil photo mais on dit souvent que l'oeil du photographe participe pour la moitié (si pas plus ?) à la qualité général d'une photographie, c'est sans doute vrai à condition que le viseur, également, informe correctement l'oeil du photographe !

 

8 accessoires dans la catégorie